Exonération de la taxe d’habitation 2018

Exonération de la taxe d’habitation 2018
Notez cet article

Quand la taxe d’habitation arrive dans les boîtes aux lettres, ce n’est jamais une bonne nouvelle, d’autant plus que son montant à la fâcheuse tendance d’augmenter chaque année. Celui-ci va dépendre de l’endroit où vous habitez ainsi que de la composition de votre foyer et de votre revenu. Certaines villes sont réputées très chères, et bizarrement ce n’est pas dans les banlieues les plus chics où l’addition est la plus lourde, mais plutôt dans les banlieues sinistrées.

Etre exonéré

C’est notre rêve à tous, mais pour qu’il soit exaucé, il faut être vraiment dans la galère et avoir de très faibles revenus, puisqu’un plafond est appliqué. S’il n’est pas toujours possible de faire sauter la facture, il est également envisageable d’obtenir une réduction, du fait de la modification (vers le bas) de sa situation personnelle.

Sachez que ce n’est pas en allant voir une assistante sociale ou en allant pleurer auprès des services des impôts que vous décrocherez la timbale. Vous n’avez aucunes démarches à faire, l’administration se charge de tout.

Les conditions

Ce sont surtout les personnes âgées de plus de 60 ans qui vont pouvoir en profiter, à condition qu’elles ne paient pas l’iSF bien sûr (mais est-ce utile de le préciser ?). Même chose pour les handicapés, les infirmes, les veufs, les cas désespérés parce que dans une très grande pauvreté (appelés aussi indigents) et les invalides (et qui touchent une pension pour cela).

Seule l’habitation principale peut être concernée. On peut y vivre en célibataire, à 2 ou avec ses enfants fiscalement à charge (mais dans ce cas là, leurs revenus seront aussi pris en compte dans le calcul). Quant aux conditions de ressources, elles ne doivent pas dépassées le revenu fiscale de référence (sauf si vous touches l’ASPA).

La taxe plafonnée

C’est une réduction pour ceux qui ne peuvent pas y couper mais qui sont quand même dans la galère. Et là, ce sont les revenus qui jouent : pas plus de 25000 euros pour 1 personne, somme majorée selon le nombre d’enfant à charge.

Là encore, vous n’avez pas à bouger le petit doigt pour en bénéficier. Ce sont les impôts qui gèrent, en fonction des éléments dont ils disposent.

La réduction temporaire

Elle s’applique à des cas bien précis, comme pour ceux dont le logement a été détruit et qui ont été relogés, avec un différentiel à la hausse dans la taxe. Cette baisse va s’étaler sur 3 ans tout au plus, ce qui peut vous permettre de retrouver vos marques. L’économie sera en principe égale au différentiel.

Dans ce cas là, il faut faire les démarches, et donc envoyer un courrier à son centre des finances, en envoyant tous les justificatifs. N’oubliez pas de le faire avant la fin de l’année si vous voulez que cela soit pris en compte et ainsi vous faire rembourser la différence.

Il faut bien vous rendre à l’évidence : les conditions d’exonérations ne sont pas très nombreuses. Si vous avez des difficultés à régler, vous pouvez toujours essayer de négocier un délai avec les impôts ou un étalement de votre dette. Si vous avez du mal à gérer correctement votre budget, faites vous mensualiser pour l’année prochaine.