Comment bénéficier de l’aide alimentaire: CAF, Restos du Coeur, Secours Populaire, Croix Rouge…

Comment bénéficier de l’aide alimentaire: CAF, Restos du Coeur, Secours Populaire, Croix Rouge…
5 (100%) 4 votes

Le quotidien n’est pas toujours simple, et il peut arriver qu’on ait besoin de bénéficier d’une aide alimentaire d’urgence. Celle-ci peut se faire via un bon, un chèque de la CAF, ou directement dans les lieux mis en place par mes associations : Restos du Coeur, Secours Populaire…

Restos du Coeur: comment en bénéficier ?

Créés à l’origine pour passer un seul hiver, les restos sont devenus une grosse machine qui gère chaque année les besoins en aide alimentaire des  plus démunis. Et ce besoin est tel, que l’hiver n’est plus la seule période d’ouverture. Bien des centres ouvrent leurs portes toute l’année.

Mais les Restos du Coeur ne se contentent pas que de cela. Ils vont plus loin dans leur démarche, en axant leurs efforts également sur la réinsertion, afin que les bénéficiaires d’aujourd’hui ne le soient plus demain (pour de bonnes raisons).

L’aide alimentaire des Restos du Coeur


Elle prend des formes différentes, en fonction de la situation de chacun. Elle est surtout connue pour ses paniers repas, complets et équilibrés, qu’on vient chercher dans un centre de distribution et qu’on cuisinent à la maison. Des paniers qui contiennent aussi des produits d’hygiène. Possibilité en fonction des stocks de choisir soi-même les produits qui composent le panier.

Egalement mis en place, surtout pendant l’hiver, les camions du coeur, qui vont à la rencontre des plus démunis en distribuant des repas chauds. Une aide spécifique pour les bébés existe aussi.

D’où viennent les produits ?

Ce n’est pas parce que c’est gratuit que ce sont de mauvais produits, bien au contraire ! Les Restos du Coeur bénéficient d’un gros réseau de donateurs. Parmi eux, l’Union Européenne qui fait bénéficier l’association de ses surplus, les dons des particuliers dans les supermarchés, les dons des agriculteurs, des industries, et des achats en direct.

Toutes ces bonnes choses sont réparties dans plus de 2000 centres, sur toute la France. Possibilité de bénéficier de l’aide plusieurs fois par semaine. S’y rendre, c’est rencontrer des bénévoles, notamment pour connaitre les moyens de se réinsérer.


Cet article peut aussi vous intéresser : les avantages et réductions pour les chômeurs.


Se faire aider par les restos : les démarches


Tous les français ne sont pas éligibles. Seuls ceux qui sont dans le besoin peuvent en bénéficier, bien que cette notion soit relative.

Pour avoir le droit à plusieurs paniers repas par semaine, il faut justifier de ses petites ressources, et donc aller s’inscrire chaque année auprès du centre le plus proche de chez vous. La démarche n’est pas toujours simple, psychologiquement parlant, mais les bénévoles sauront faire preuve de tact et d’écoute.

N’hésitez pas à pousser la porte. Vous ne serez ni le premier, ni le dernier.


CONSEIL DE LECTURE : le tarif social internet.


Pour ceux qui vivent dans la rue

Pour eux, pas besoin de justificatifs de ressources. Tout le monde peut aller prendre un repas chaud auprès d’un camion du coeur. C’est totalement gratuit, on ne vous demandera rien en échange, et c’est indispensable pour les exclus du système qui ne peuvent, ou ne veulent, se rendre dans un centre et surtout cuisiner leur repas. Des points chauds, fixes, sont aussi installés chaque hiver pour un accueil de jour réconfortant.

Ces camions, appelés aussi bus du coeur, s’accompagnent de maraudes régulières, pour aller directement à la rencontre des nécessiteux, dans les grandes villes mais aussi dans les campagnes. Il y a des gens qui n’ont plus la force de rien, et qui sans cela, se laisseraient mourir. Marauder, c’est notamment apporter café et couvertures chaudes en hiver à ceux qui dorment dehors.

Les ateliers pour apprendre à mieux cuisiner (et à mieux manger…)

C’est une nouveauté, qui se démarque du simple bon alimentaire. Des ateliers de cuisine : il fallait y penser. Après tout, bien manger, cela s’apprend, et pour que manger deviennent aussi un plaisir (et pas seulement une nécessité), ces ateliers sont là pour ça.

Ils sont animés par des bénévoles, qui vont axer leur intervention sur l’équilibre alimentaire, mais aussi sur le goût et sur des recettes savoureuses faciles à faire à la maison. C’est ludique et utile, en particulier pour rencontrer d’autres personnes et pour passer un bon moment loin de ses problèmes.

Comment obtenir l’aide alimentaire du Secours Populaire ?


Voici une autre association très active dans l’aide alimentaire et sans la solidarité au quotidien. Manger est un besoin vital. Le Secours Populaire y répond dans la mesure de ses moyens, mais son action est plus globale : elle vise à un accompagnement complet, qui passe aussi par un accès au logement, pas un désendettement, et la possibilité de partir en vacances.

Mais si nous ne devions évoquer ici que l’aide alimentaire, elle est organisée un peu comme celle des Restos du Coeur, sous la forme d’épiceries solidaires en libre service, ou par des paniers repas déjà prêts (tout dépend de la structure d’accueil). Notons aussi qu’une contribution financière symbolique sera demandée.

Le lien social comme figure de proue

C’est le grand combat du Secours Populaire. La solitude est à l’origine de bien des maux, est réintroduire le lien social, c’est déjà faire un pas vers le chemin qui mène à sortir de la précarité.

A noter, cette très bonne initiative : les jardins solidaires. L’idée est de mettre à la dispositions des familles nécessiteuses des bouts de terrain à partager, qu’elles peuvent cultiver.  Une bonne façon d’apprendre à manger équilibré et là encore, de renouer avec ce lien social qui fait tant défaut dans notre société.

Quelle condition pour avoir un colis alimentaire de la Croix Rouge ?


Si vous êtes dans l’urgence et dans une situation de grande précarité, vous pouvez vous adresser à la Croix Rouge pour demander un colis alimentaire. Toutefois, c’est en bénévole de l’association qui évaluera ce caractère d’urgence, ou non (examen rapide, sans enquête social, pas de raison de paniquer). Pour cela, rendez-vous dans une Maison Croix-Rouge, il y en a dans presque toutes les grandes villes.

Ce colis d’urgence se distingue du colis alimentaire régulier. Ici, l’aide apportée va l’être sur un laps de temps plus long, permettant au bénéficiaire de réorganiser sa vie pour réussir à sortir de l’assistanat.

L’aide alimentaire de la Croix Rouge

Les besoins sont importants, même pour ceux qui ont un emploi mais l’association a du répondant. Que ce soit pour les – de 26 ans, pour les retraités ou pour ceux qui touchent le SMIC et rien d’autre, la Croix Rouge peut répondre à la demande. Car les sans domiciles fixes ne sont pas les seuls qui ont besoin d’aide.

C’est tout le paradoxe de notre société. Certains s’enrichissent pendant que la masse s’appauvrit. Même en travaillant, on n’a pas toujours de quoi se payer à manger, c’est dire. Hors, l’urgence au quotidien, c’est quand même d’avoir de quoi se nourrir.

Des dispositifs qui ont fait leurs preuves

La Croix Rouge a mis en place des épiceries sociales, ainsi que des chèques d’accompagnement personnalisé, et ça fonctionne ! Dans les premières, on fait ses courses comme dans un vrai supermarché, sauf qu’on ne passe pas à la caisse à la fin, enfin presque puisque 10% de la valeur totale du panier est quand même demandée.

Pour ceux qui préfèrent se rendre dans des magasins « normaux », il y a les CAP, qu’il s’agisse des produits d’hygiène ou des fruits et légumes. Avec ces chèques, on règle comme avec de l’argent. L’avantage, c’est qu’on n’a pas accès seulement à une sélection de produits, comme dans les épiceries sociales.

Secours Catholique : les Jardins Solidaires


Nous en avons déjà parlé un peu plus haut dans cet article, mais c’était pour une autre association. Le principe est connu : cultiver sa propre terre pour récolter de bons produits. On se met à plusieurs sur le même terrain, et on partage le fruit du labeur, même si une partie est vendue pour participer aux frais. C’est donc un peu différent d’un jardin ouvrier.

Des bénévoles encadrent les bénéficiaires, pour leur apprendre à travailler la terre et à produire leur fruits et leurs légumes en agriculture raisonnée. Se retrouver ainsi, à plusieurs, permet d’échanger et de partager des tranches de vie. En plus, même au chômage, on se sent utile puisque le fruit de la vente sert à financer d’autres projets, pour d’autres personnes dans le besoin.

Les petits déjeuners de l’Ordre de Malte de France


L’association innove avec ses petits déjeuners. Ils sont servis le week-end, un peu partout en  France. Il arrive même qu’une boulangerie soit partenaire de l’opération, ce qui permet d’avoir croissant et pain frais !

La Soupe Saint Eustache


A l’opposé, la soupe Saint Eustache est servie le soir devant l’église parisienne pendant tout l’hiver, et ça fait 30 ans que ça dure ! Chaque soir, une trentaine de bénévoles participent au service des invités (c’est ainsi qu’ils sont nommés). La soupe est servie sans condition.

Le Bon Alimentaire gratuit (ou chèque)


C’est quoi donc ?

Distribués par les collectivités locales pour les gens qui sont dans l’urgence, ils permettent de s’acheter à manger mais aussi de se vêtir. Le ticket alimentaire ressemble à s’y méprendre, sur la forme, à un ticket resto.

L’aide de la CAF : l’allocation de soutien familial


Elle intervient dans un cas précis : pour les personnes qui avaient le droit à une pension alimentaire et qui pour une raison ou pour une autre, ne la touche plus. Son action est rapide : dès le 1er mois de non versement.

Et la caisse va aller plus loin qu’une simple aide financière, puisqu’elle va prendre la main sur les dossiers et se charger elle-même de faire appliquer la décision du juge, et de recouvrer les sommes dues. Ce recouvrement peut remonter jusqu’à 2 ans en arrière, autant dire qu’il peut faire mal aux contrevenants.


A LIRE AUSSI : Les Bons Vacances CAF


L’ASF

Cette somme d’argent peut aussi venir en complément d’une pension alimentaire, ou servir d’avance dans l’attente d’une décision du juge (pendant 4 mois s’il le faut). C’est notamment valable pour les petites pensions, celles qui sont en dessous de 105 euros par enfant. La CAF versera alors le complément pour atteindre cette somme.

Bref, l’ASF peut être versée dans de nombreux cas : pour les orphelins, quand un des 2 parents ne participe plus aux frais du quotidien, quand il ne peut plus payer la pension… Attention : un remariage supprime l’ASF (même chose pour un PACS ou un concubinage). C’est bon à savoir avant de décider de se remettre en couple.


A VOIR SUR LE SITE : la CAF, une banque pour les pauvres ?


A ne pas négliger : la médiation familiale

Elle permet d’éviter que tout se règle en justice et que les choses prennent un temps fou. Ainsi, si vous n’êtes pas éligible à l’ASF, mais que vous avez quand même des soucis pour vous faire payer votre pension alimentaire vous pouvez bénéficier de l’aide au recouvrement.

La médiation familiale, elle, va intervenir en amont, dès la séparation pour éviter que ce genre de problème arrive. La négociation, quand il y a mésentente, est primordiale, ne serait-ce que pour savoir qui va toucher les aides de la CAF. Celle-ci peut donc se charger de la médiation dès qu’elle est prévenue de la séparation.